Logo Innovation Review

Mon compte

Se connecter

JUILLET 2018

En France, les entreprises tirent toujours la recherche

[Article du 23/07/2018]

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri) a publié le 17 juillet la 11e édition de l’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ce bilan 2018 confirme le rôle prépondérant des entreprises dans l’effort de recherche nationale.

Les moyens humains de la recherche et du développement, la parité dans la recherche, le doctorat et les docteurs sont autant de thèmes traités dans l’édition 2018 de l’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche tout juste publiée par le Mesri. Avec une cinquantaine de thèmes, cette année encore le bilan annuel est complet, pour ne pas dire touffu.

Premier constat, la France a dépensé 49,9 milliards d’euros en 2015 dans la recherche. Ce chiffre représente 2,27 % du PIB français, et a permis l’emploi de 277 600 chercheurs (en ETP). C’est un léger progrès comparé à l’année précédente, où l’effort s’était établi à 2,24 % du PIB, même si la France est loin des objectifs de 3 % fixés par l’UE dans le cadre d’Horizon 2020. L’Hexagone se classe ainsi à la cinquième place des pays de l’OCDE. C’est la Corée du Sud qui se classe en tête.

Le privé tire toujours l’effort de recherche

Comme en 2014, l’investissement dans la recherche est en majorité tiré par le privé. En 2015, les entreprises ont réalisé 64 % des travaux de R&D exécutés dans l’Hexagone, pour un montant de 31,8 milliards d’euros. Six branches de recherche regroupent à elles seules près de 54 % des dépenses intérieures de R&D des entreprises : il s’agit de l’industrie automobile, de la construction aéronautique et spatiale, de l’industrie pharmaceutique, des activités informatiques et services d’information, des activités spécialisées, scientifiques et techniques, et de l’industrie chimique.

Un tiers des chercheurs sont des femmes

Les chiffres de la parité hommes-femmes révèlent également que la répartition dans la recherche est particulièrement déséquilibrée. En 2015, la part des femmes parmi le personnel de recherche s’élevait à 32 %. Entreprise et administration ne sont pas à égalité sur ce plan : la part des femmes est plus faible dans les premières (23 %) que dans les secondes (46 %) ; elle est également plus faible parmi les chercheurs (27 %) que parmi les personnels de soutien (42 %).

  Chiffres clés 2015  

Brevets : la France au 4e rang européen

Publications scientifiques : la France au 7e rang mondial

Horizon 2020 : la France 3e pays bénéficiaire

Eleonore Vann-Kéo

Mentions légales - Réalisation : 3W Media