Logo Innovation Review

Mon compte

Se connecter

MAI 2018

Tribune du mois

[Article du 14/05/2018]

« Agence de l’innovation de défense : dire n’est pas forcément faire »

Les bouleversements auxquels sont confrontées la France et sa défense sont évidemment de l’ordre géopolitique et géostratégique, mais aussi technique.
Nos systèmes de défense doivent évoluer plus rapidement pour s’adapter aux nouvelles manières de faire la guerre. Les nouvelles technologies - et je pense essentiellement aux innovations technologiques d’origine civile - modifient les menaces et les moyens d’y faire face.
Le recours croissant aux drones aériens, terrestres et navals illustre ces mutations en matière de surveillance, de collecte d’informations ou encore de reconnaissance1.
De nouvelles perspectives s'ouvrent également avec l’intelligence artificielle et son traitement massif des données. La prise de décision sera à la fois plus sûre et plus rapide, sous le contrôle de l’homme dont la maîtrise doit rester permanente. A cet égard, une codification des bonnes pratiques s’imposera.
Le partage d’informations en temps réel, via la connectivité des objets, modifie également considérablement les usages de nos forces armées, renseignées par exemple instantanément sur les positions alliées ou ennemies.
Face à ces mutations, la défense doit nécessairement miser sur la valorisation de ces innovations et s’ouvrir aux petites entreprises et aux start-up dont les performances en matière d’innovation ne font aucun doute. Ces structures doivent s’imposer comme un interlocuteur privilégié du ministère des Armées, au même titre que les grands groupes de l’industrie de défense.
L’annonce de la création dans le courant de l'année d'une nouvelle agence de l'innovation au sein du ministère des Armées est en ce sens une bonne nouvelle2.
Ce projet « top-down » est convaincant si l’on se réfère aux propos de la ministre des Armées : « Cette agence sera largement tournée vers le monde civil et associera très étroitement les utilisateurs que sont les armées à travers leur état-major. (…) Elle a l'ambition de faire collaborer et travailler ensemble des univers qui étaient étrangers l'un à l'autre et très cloisonnés3. »
Mais cette approche descendante, déclarative et éloignée du terrain et de ses acteurs suffira-t-elle à modifier les habitudes et les rapports de force établis ? La prudence s’impose.
L’intérêt du pays commande pourtant d’y croire, parce que disposer d’un armement d’excellence est la condition pour que la France garde sa place sur la scène internationale •

Mentions légales - Réalisation : 3W Media