Logo Innovation Review

Mon compte

Se connecter

Février 2018

L’Inria va piloter French Tech Central

[Article du 20/02/2018]

Inauguré en fin d’année dernière, French Tech Central, destiné à rapprocher les start-up et la recherche publique, a désormais son pilote : l’Inria. Installé dans les locaux de l’incubateur parisien Station F, French Tech Central doit désormais réussir à devenir un lieu de rencontre entre recherche et jeunes pouces.


L'inria et French Tech Central noue un partenariat © French Tech

La France a entrepris depuis quelques années de rapprocher sa recherche publique des entreprises. Désormais, elle veut la rapprocher des start-up. La French Tech avait inauguré en décembre 2017 French Tech Central, un lieu destiné à créer des ponts entre les start-up « deep tech », centrées sur les technologies de rupture, et la recherche publique. French Tech Central est installé dans les locaux de la French Tech à Station F, l’incubateur de start-up dans le 13e arrondissement de Paris. « Les start-up ne sont pas [les acteurs] les plus proches de la recherche. Ce point relais va servir à les aiguiller », a expliqué Isabelle Ryl, directrice du centre Inria Paris.

En théorie, tous les centres de recherche publique de France sont invités à participer à ce programme. Ainsi, French Tech Central compte comme partenaires l’Inria, le CNRS, le CEA ou encore les instituts Mines Telecom. C’est toutefois l’Inria qui a été choisi pour animer le réseau de la recherche - il est d’ailleurs, avec le troisième programme des investissements d’avenir, cofinanceur du programme à hauteur de 1 million d’euros. L’importance des technologies numériques dans le secteur des deep tech explique en partie que ce soit l’Inria l’animateur du lieu. Surtout, l’institut a déjà une expérience dans la sensibilisation des chercheurs à l’entrepreneuriat. « Nous essayons de changer la mentalité de nos chercheurs ; nous avons des programmes de sensibilisation, Horizon Start-up, et des aides à la création de start-up, notamment pour les rendre présentables aux investisseurs », a expliqué Eric Horlait, directeur général délégué au transfert et aux partenariats industriels de l’Inria.

L’Inria va devoir entraîner toute la recherche publique
En pratique, les start-up pourront solliciter des rendez-vous avec les deux représentants du programme installés à Station F. Ces derniers auront la tâche d’identifier les besoins et de mettre en contact les start-up avec les bons chercheurs. French Tech Central organisera également des Tech Talks, des présentations mensuelles autour de technologies ou de secteurs précis. Une première est prévue le 27 février et sera consacrée au programme de l’Inria baptisé Sofa, centré autour d’un logiciel de simulation numérique en temps réel. L’institut prévoit également une formation autour du logiciel open source scikit-learn dédié au machine learning.

Reste à convaincre les autres centres de recherche de s’impliquer autant que l’Inria dans l’initiative. Tous n’ont pas développé des outils pour sensibiliser leurs chercheurs à l’entrepreneuriat. Pour ce faire, l’Inria a l’intention de se servir de son réseau. « Il y a l’Alliance Allistene (Alliance des grands acteurs nationaux des sciences et technologies du numérique) ; notre prochaine réunion aura lieu [à Station F]. Nous allons demander que des chercheurs viennent ici régulièrement. » L’autre tâche de l’Inria sera d’impliquer les centres de recherche dont le numérique n’est pas le principal cœur des activités. « Je fais une distinction entre le numérique et les autres. C’est facile de transférer des technologies numériques, même des deep tech […] En ce qui nous concerne, nous sommes sur des temps différents », a souligné Michel Mortier, délégué général à la valorisation du CNRS, lors de la présentation du partenariat avec l’Inria.

Florent Detroy

Mentions légales - Réalisation : 3W Media