Logo Innovation Review

Mon compte

Se connecter

Septembre 2017

La start-up Rythm dans le TOP 35 de la MIT Technology Review

[Article du 05/09/2017]

La start-up Rythm, lauréate du concours France du meilleur innovateur de moins de 35 ans de la MIT Technology Review, a été à nouveau sélectionnée aujourd’hui par la version européenne du concours, qui sélectionne 35 innovateurs. Elle rejoint 3 autres start-up françaises, dont Japet Medical Devices, DNA Script et Ava. Nous avions rencontré le fondateur de Rythm lors de la remise des prix du concours français en juin dernier.

« Le cerveau, c’est le dernier mystère qui nous reste » expliquait Hugo Mercier, co-fondateur de la start-up Rythm, en juin dernier. Mais à cette époque, le jeune entrepreneur avait déjà commencé à en explorer une partie. Après un passage par l’université de Berkeley, c’est à l’école Polytechnique que l’étudiant se spécialise dans les neurosciences. Il y fait une découverte majeure. « L’envoie de signaux sonores, à certains moments du sommeil, peut améliorer le sommeil profond » découvre-t-il. Il crée alors Rythm en 2014, et commence à concevoir son produit phare, DREEM. Le concept apparaît simple. Il s’agit d’un casque rempli de technologie, tournant au machine learning notamment, et qui envoie des signaux pendant le sommeil pour le « stimuler ».

Avant de lancer un produit, la start-up veut engranger des données sur le sommeil. Rythm recueille des milliers de données grâce aux tests réalisés sur 500 personnes. « En tout, nous possédons des données sur 40 000 nuits » résume Hugo Mercier. Les résultats sont là, la start-up revendique une amélioration de 30% du sommeil de ses cobays. Rythm voit alors plus grand, recherche de nouvelles données, et élargit les fonctions de DREEM qu’elle connecte à une plateforme IoT. En 2016, nouvelle étape, la start-up lève 10 millions d’euros, puis à nouveau 10 millions en juin dernier. Xavier Niel où la MAIF apparaissaient au nom des investisseurs. Le même mois, le casque est enfin lancé, au prix de 499€.

 

Le marché du sommeil est gigantesque

Le succès de Rythm s'explique en partie par l'importance du marché du sommeil dans le monde. Le mauvais sommeil aurait coûté près d’un trillion de dollars dans le monde en 2016 selon Hugo Mercier. Mais c’est aussi la qualité de l’innovation qui fait son succès. La start-up a réussi à créer un réseau de scientifiques de renoms autour d’elle. « Nous avons recruté un board de conseillers scientifiques, qui comprend notamment le docteur Emmanuel Mignot, du Center for Sleep Sciences and Medicine de l’université de Stanford, Christof Koch, spécialiste des neurosciences, ou encore Cédric Villani, qui nous aide sur des problématiques de données. En tout nous travaillons avec 15 laboratoires » confirme Hugo Mercier. 

Toute la recherche est basée en France, par contre, les aspects de design et de marketing sont créés à San Francisco. « C’est indispensable d’être à San Francisco, pour l’international notamment. Il est difficile d’atteindre le marché européen depuis la France, car c’est trop segmenté culturellement » explique Hugo Mercier. A plus long terme, Rythm voudrait cibler le marché médical, en développant des applications de santé prédictive. Des premiers essais cliniques ont été réalisés à l’Hotel Dieu.

Hugo Mercier, co-confateur de la start-up Rythm

Florent Detroy

Mentions légales - Réalisation : 3W Media
Inscrivez-vous et Recevez gratuitement
un numéro de Innovation REVIEW
* Champs obligatoires
Valider
Inscrivez-vous à la newsletter
* Champs obligatoires
Valider