Logo Innovation Review

Mon compte

Se connecter

www.innovationreview.eu

TOP 100 START-UP TECHNOLOGIQUES

[Article du 12/12/2016]

« Innovation Review » a repéré pour vous 100 start-up technologiques évoluant dans 10 secteurs différents. Les critères de sélection ont été multiples, et touchent autant à l’intérêt des investisseurs qu’elles ont su susciter qu’aux distinctions obtenues ou à la qualité des partenaires, scientifiques ou industriels. Mais, plus que tout, nous avons privilégié la technologie qu’elles ont développée. L’avenir dira si elles ont su convaincre leurs secteurs respectifs de l’adopter. En attendant, découvrez ces 100 portraits de jeunes pousses prometteuses.

TOP 100 START-UP TECHNOLOGIQUES

TOP 100 START-UP TECHNOLOGIQUES

MEDICAL

 LEADER   Surgivisio
La réalité augmentée pour la chirurgie
Surgivisio aide les chirurgiens dans leur intervention en leur apportant une image 3D temps réel du corps du patient. Un système d’imagerie 2D-3D recrée le corps en 3D, que le chirurgien visionne en direct sur ses lunettes en réalité virtuelle. Il n’a ainsi pas besoin de nouvelles radios, ce qui limite l’irradiation du patient. Il peut également pratiquer une chirurgie mini-invasive grâce à sa visibilité. L’équipement est d’abord destiné aux opérations de la colonne vertébrale, mais la start-up veut s’adresser à tous les types de chirurgie qui touchent les os. Surgivisio vient de lever 2,1 millions d’euros, ce qui va lui permettre de commercialiser sa technologie en Europe, en attendant les Etats-Unis et l’Asie. Elle devrait commencer l’industrialisation de sa technologie d’ici à 2017 en France.
• Incubateur : Biopolis (38)
• Distinction : Lauréat Concours mondial de l’innovation 2015

  PÉPITE   Actronika
Le sens du toucher virtuel
La start-up créée en 2015 a mis au point un logiciel permettant aux utilisateurs de réalité virtuelle de ressentir ce que l’on touche via des microvibrations. Cette solution haptique, qui fait ressentir aussi bien les volumes que les textures, est déjà employée dans la chirurgie à distance et la réalité virtuelle. La start-up a effectué une levée de fonds de 1,2 million d’euros cette année, ce qui va l’aider notamment à se développer à l’international.
• Incubateur : Agoranov (75)

Cardiawave
Les ultrasons contre les maladies cardiaques
Cardiwave offre une thérapie par ultrasons issue de l’Institut Langevin pour soigner les pathologies valvulaires cardiaques, notamment RAC. Ce dispositif médical non invasif à la précision millimétrique permet de réduire les complications liées aux chirurgies à cœur ouvert ou mini invasives. La start-up, membre du pôle Medicen, a levé 2,4 millions d’euros fin 2015.
• Incubateur : ESCPI (75)
• Distinction : Lauréat ScientiAcademy 2016, Concours mondial de l’innovation 2015.

TherAguix
Le nanomédicament pour encercler la tumeur
La start-up a mis au point des nanoparticules, AGuIX, qui se concentrent passivement sur les tumeurs. Le médicament est ensuite activé par les rayons X des IRM et de la radiothérapie, ce qui permet d’épargner une partie des tissus sains environnant. Les premiers essais ont ciblé les tumeurs du cerveau. La start-up issue de la SATT Pulsalys cherche 1 million d’euros, et 10 millions d’ici à deux ans.
• Incubateur : Aucun (69, 38)
• Distinction : Prix Coup de cœur Tremplin Entreprises Sénat/Essec 2016

Millidrop
Démultiplier la culture de cellules
MilliDrop propose aux chercheurs en microbiologie de démultiplier les cultures cellulaires en utilisant une machine. Basée sur la millifluidique de goutte, la technologie fractionne les échantillons contrôlés en milliers de gouttelettes et permet d’y injecter individuellement le composé choisi. Après une levée de fonds de 1 million en 2015, la start-up fondée par Laurent Boitard devrait commercialiser Millidrop Analyzer en 2017.
• Applications : Médical, agroalimentaire
• Incubateur : ESPCI (75)
• Distinction : Innovateur de l’année de moins de 35 ans MIT Technology Review 2015 (pour Laurent Boitard)

VitaDx
La détection par imagerie
La start-up a mis au point une méthode de détection précoce du cancer de la vessie grâce à l’analyse d’image. Il suffit de numériser l’image d’une goutte d’urine et de la traiter ensuite par ordinateur. La start-up est accompagnée par la SATT Paris-Saclay et est membre du Genopole. Elle a levé 1,5 million d’euros en début d’année.
• Incubateur : Genopole (91)
• Distinction : Lauréat I-Lab 2015

Damae Médical
Le diagnostic par microscope
Damae a inventé une technologie d’imagerie optique capable de diagnostiquer plus tôt les maladies de la peau type mélanome. Non invasive, cette technologie optique est aussi plus précise et plus courte que les biopsies classiques. Damae prévoit une première levée de fonds pour fin 2016, de l’ordre de 2 millions d’euros, qui permettra de financer l’industrialisation de sa technologie et les premiers essais cliniques d’ampleur.
• Incubateur : Agoranov (achevé) (75)
• Distinction : Prix EDF Pulse 2015 catégorie « Santé », Innovateur de l’année de moins de 35 ans MIT Technology Review 2015 (pour Anaïs Barut), Lauréat i-LAB 2015

Cardiologs Technologies
L’ECG boosté au machine learning
La start-up propose une analyse des électrocardiogrammes en temps réel grâce à des bases de données des patients et du machine learning. Créée par deux diplômés de Polytechnique, cette technologie s’adresse d’abord aux médecins généralistes pour les aider dans leur diagnostique. La start-up a levé 90 000 e en 2015.
• Incubateur : Agoranov (75)
• Distinction : Concours de l’innovation 2030

Imactiv-3D
La 3D pour valider les médicaments
La start-up a mis au point un système de modélisation 3D de cellule ou de tissu qui permet d’évaluer l’efficacité d’une molécule en condition réelle. Cette technologie, qui s’appuie sur de la microscopie en 4D, de l’imagerie 3D et de l’analyse statistique, permettrait d’économiser des coûts importants liés aux tests précliniques.
• Incubateur : ITAV/Centre Pierre Potier (31)

Pixience
Le dépistage par l’imagerie
Pixience a mis au point un appareil de diagnostic précoce des mélanomes par stéréophotométrie. Ce système de capture 3D inventé à l’Irit scanne la zone de peau et transmet les données à un dermoscope qui recrée ensuite en 3D les surfaces en relief.
• Incubateur : Toulouse Bordelongue (31)
• Distinction : Lauréat Innovation BNP Parisbas Sud- Ouest 2015

 

BIOTECH

 LEADER  Eligo Biosciences
L’antiobiotique du futur
Eligo développe une nouvelle génération d’antibiotiques baptisés « eligobiotiques ». Ils ne bloquent pas la croissance des bactéries, mais les détruisent entièrement grâce à l’utilisation de la technologie CRISPR-Cas9. Les protéines « bactériophages » sont envoyées dans l’organisme pour attaquer directement la séquence génétique responsable des bactéries pathogènes, ce qui permet de laisser le microbiote intact. Cette technologie permettrait surtout de s’attaquer à la résistance des bactéries aux antibiotiques, une source majeure de décès d’ici à 2050, selon l’OMS. Créée par le chercheur en biologie synthétique Xavier Duportet, Eligo a levé 2 millions d’euros en 2015. Les premières commercialisations sont envisagées d’ici cinq à dix ans.
• Incubateur : Institut Pasteur (75)
• Distinction : Lauréat du Concours mondial d’innovation 2030, Innovateur de l’année de moins de 35 ans MIT Technology Review 2015 (pour Xavier Duportet)

  PÉPITE   PlatOD
Producteur de plaquettes universelles
La start-up, membre du pôle Medicen, produit ex vivo des plaquettes humaines universelles. Sa technologie utilise des cellules souches pour créer des mégacaryocytes, qui donnent naissance ensuite à des plaquettes à grande échelle par microfluidique.
• Incubateur : Pépinière hôpital Cochin (75)

Click4Tag
Identifier rapidement les bactéries
Click4Tag est spécialisée dans l’identification rapide des micro-organismes d’intérêt, en distinguant notamment les cultivables des non-cultivalves. Alors que sa technologie est déjà licenciée par la SATT Sud-Est, la start-up veut commercialiser d’ici à 2017 des kits de détection de la légionellose. Elle travaille déjà avec un membre du CAC40.
• Incubateur : Grand Luminy Technopole (13)
• Distinction : Lauréat i-LAB 2016

Olikrom
Un pigment intelligent qui réagit à son environnement
Olikrom conçoit des pigments qui réagissent à la chaleur, à la lumière ou à la pression en changeant de couleur. Inventée par une équipe de l’Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux (CNRS), cette technologie a déjà intéressé plusieurs industriels comme Airbus ou Turbomeca. Olikrom a levé 300 000 euros en 2015, ce qui va lui permettre de construire son site industriel prévu pour 2017.
• Incubateur : ChemInnov (33)
• Distinction : Lauréat Start-up Connexion 2015 du CNRS/AEF

NanoMedSyn
Le ciblage des maladies
La start-up développe des enzymes modifiées capables d’atteindre le lysosome pour traiter certaines maladies rares, et à plus long terme certains cancers. Une POC a déjà été réalisée sur l’animal, et la start-up recherche de 6 à 8 millions pour lancer des essais cliniques. Elle a entamé un partenariat avec le Généthon en 2015, le laboratoire AFM-Téléthon.
• Incubateur : Université de Montpellier (34)
• Distinction : Grand Prix Tremplin Entreprises Sénat/ESSEC 2016

DNA Script
L’imprimante à ADN
Créée en 2014, DNA Script a créé une technologie de synthèse d’ADN par voie enzymatique. Cette capacité à « écrire » de l’ADN est plus efficace et moins chère que la technologie de catalyse chimique. En facilitant la programmation de systèmes biologiques, cette technologie aidera également le développement des biotechnologies.
• Applications : Pharmaceutique, biologie de synthèse, chimie verte, agronomie.
• Incubateur : Agoranov (75)
• Distinction : Lauréat i-LAB 2016, Lauréat Tremplin Entreprises Senat/ESSEC 2016

ACS Biotech
Le gel qui répare les cartilages
La start-up biotech, membre du pôle Lyonbiopôle, a développé une solution pour réparer les lésions du cartilage. Cette technologie, développée avec le CNRS, permet de reconstruire un tissu cartilagineux articulaire grâce à une matrice innovante 3D de polymère naturel. ACS Biotech veut lever 1,5 million d’euros cette année, et prévoit déjà une deuxième levée en 2018, avec une commercialisation de son Gel de cartilage® prévue pour 2020.
• Incubateur : EMlyon (69)
• Distinction : Lauréat Business Plan Competition 2016 EIT Health

Poietis
La peau bioimprimée
La start-up girondine a mis au point une technologie de bioimpression par laser de tissus humains. Cette technologie d’ingénierie tissulaire lui permet d’intégrer une dimension « temps » lors de l’impression 3D, donnant le terme de bioimpression « 4D ». Accompagnée par la SATT Aquitaine Science Transfert, Poietis a levé 2,5 millions d’euros fin 2015 pour industrialiser sa technologie. La start-up collabore déjà sur des travaux de recherche avec L’Oréal et BASF.
• Incubateur : Incubateur régional d’Aquitaine (33)
• Distinction : Lauréat i-LAB 2014, lauréat Concours mondial de l’Innovation 2016

Phenocell
Des outils contre les maladies rares
Phenocell utilise la technologie de reprogrammation cellulaire pour développer des modèles cellulaires innovants pour la recherche sur les maladies rares. Cette technologie augmente ainsi les chances de découvertes. Phenocell a également été retenue dans un projet de recherche H2020 de modélisation 3D de maladies neurodégénératives.
• Incubateur : Genopole (91)
• Distinction : Prix Paris-Saclay Invest 2016, Prix Création Développement i-LAB 2014

Hifibio
La microfluidique pour cibler les anticorps
Issue de la recherche de l’ESPCI et d’Harvard, la start-up a mis au point un système de criblage à débit élevé des cellules via la microfluidique. Cette technologie permet de sélectionner les anticorps les plus efficaces afin de mettre au point de nouveaux traitements. Hifibio collabore déjà avec plusieurs laboratoires.
• Incubateur : Institut Pierre Gille de Gennes (75)
• Distinction : Lauréat du concours Création Développement Oseo 2013

 

IOT

 LEADER  Actility
Le pilier de LoRa
La start-up, installée à Lannion, propose des installations de réseau LoRaWAN clé en main aux entreprises. Son offre de plateforme horizontale ThingPark associe un réseau LoRa, une plateforme cloud et une place de marché. En 2016, Actility a ajouté la géolocalisation à son offre. Membre de l’Alliance LoRa, la start-up a levé 25 millions d’euros en 2015 afin de financer son accélération à l’international. Incubée un temps à Paris&Co, la start-up désormais indépendante est présente à l’international. Elle vient de s’implanter en Chine aux côtés de Foxconn. La société compte déjà Cisco et Swisscom comme partenaires, et est identifiée comme une des futures licornes françaises possible.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction :Prix EY Start-up de l’année 2016

  PÉPITE   Greenwaves Technologies
Le réseau IOT à bas coût
Sa technologie de modulateur Green-OFDM permet aux réseaux Wi-Fi et LTE de répondre aux exigences de coût et de consommation énergétique des réseaux pour l’IOT type Sigfox et LoRa. L’IOT devient horizontal, et peut utiliser des capteurs « riches ». Membre du pôle Minalogic, la start-up est le seul lauréat français du programme H2020 « Instrument PME phase 2 ».
• Incubateur : Pépinière Bergès (38)
• Distinction : Prix i-LAB 2015

Intesens
Spécialiste de la maintenance
La star-up conçoit des capteurs autonomes et intelligents actifs en temps réels. Sa technologie, pilotée par sa plateforme web Idiag, permet notamment de mettre en place des solutions de maintenance prédictive. La start-up a levé 800 000 euros en 2015. Elle travaille avec la SNCF, Alstom, EDF, Areva et Airbus.
• Incubateur : IOT Valley (31)
• Distinction : SNCF Digital Challenge 2015, 1er prix Concours RTE 2015

Matooma
Le premier réseau universel de l’IOT
La start-up Matooma commercialise depuis 2016 un réseau universel M2M destiné aux objets connectés, Matoowan. Ce réseau multi-connectivité (2G, Wi-Fi, Sigfox…) permet l’interopérabilité des objets entre eux, et la sécurisation des échanges de données. Leur gestion est optimisée grâce à ERP. La start-up, passée par l’incubateur Cap Oméga (34), compte déjà comme clients les groupes Legrand, Plastic Omnium et Securitas. Elle vient de créer une filiale aux Etats-Unis.
• Incubateur : Aucun (34)
• Distinction : Lauréat du Concours SFR jeunes talents start-up 2014

Primo1D
Le textile connecté
La start-up a créé avec le CEA Leti une puce RFID baptisée E-Thread® pour connecter le textile. Intégrée dans le fil de manière quasi invisible, la puce pourrait aider à lutter contre la contrefaçon, à mieux contrôler la production ou encore à améliorer le SAV. La start-up a levé 3 millions d’euros en 2014, et commence l’industrialisation de sa technologie.
• Incubateur : Grain (38)
• Distinction : Prix Avantex 2013, Lauréat Tremplin Entreprises Sénat/ESSEC 2013

Craft.ai
L’intelligence artificielle pour tous
Créée en 2015, la start-up travaille avec La Poste et l’IRT SysemX sur une plateforme d’intelligence artificielle SaaS destinée aux développeurs d’application IOT. Cette plateforme se caractérise par sa facilité d’utilisation. La start-up, filiale de la PME Masa, a levé 1 million d’euros en 2015.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction : Prix de l’Innovation Technologique Futur en Seine 2016, Lauréat French IOT La Poste 2015

Gridbee
L’IOT pour les smart grid
La start-up a développé une technologie innovante de communication radio haut débit pour l’IOT via un module de communication RF miniaturisé. Cette technologie, qui permet de développer un réseau maillé et une communication bidirectionnelle haut débit, s’adresse tout particulièrement aux secteurs des smart grid et du M2M. La start-up a levé 2 millions d’euros en 2015.
• Incubateur : Paca-Est (06)
• Distinction: Lauréat i-LAB 2015

Wi6Labs
Un réseau IOT à toute épreuve
Wi6Labs conçoit et développe des capteurs intelligents, sans fil et sécurisés sur les réseaux IOT. Leur particularité est d’être à faible consommation d’énergie et adapté aux accès difficiles. Accompagnée par Telecom Bretagne, la start-up a été incubée physiquement par STMicroelectronics à Rennes jusqu’en 2016.
• Incubateur : Rennes Atalante (35)
• Distinction : Lauréat Réseau Entreprendre 2016, Lauréat Crisalide Numérique 2016

Connit
L’IOT pour surveiller les réseaux
La start-up a développé une solution IOT pour surveiller les réseaux de distribution d’eau, d’électricité ou de gaz, et contrôler si besoin leur fonctionnement. Elle a levé 3 millions d’euros en 2016, notamment auprès du fonds d’Engie, afin de financer son industrialisation et son expansion à l’international. Elle travaille déjà pour Engie et Eiffage.
• Incubateur : IOT Valley (31)
• Distinction : Lauréat Challenge Innovation Engie 2015

Acklio
Un réseau IOT universel
La start-up a créé une technologie de mise en place et de gestion des réseaux radio longue portée (WAN) à destination de l’IOT. La technologie permet de renforcer l’interconnexion d’Internet aux réseaux IOT, type LoRa ou Sigfox. La start-up a prévu une levée de fonds mi-2017.
• Incubateur : Rennes Atalante (35)
• Distinction : Prix i-LAB 2015

 

SECURITÉ

 LEADER  Dashlane
Le trousseau de clés numériques
La start-up renforce la sécurité des comptes Internet en complexifiant leur accès. Dashlane concentre notamment les mots de passe et les données personnelles sur une même application, qui génère ensuite des mots de passe différents et compliqués pour chacun d’entre eux. Dashlane reconnaît ensuite les sites sur lesquels navigue l’internaute et entre le mot de passe sans même que l’internaute le sache. La start-up est passée par l’incubateur de l’ESCP Europe, la Blue Factory. Désormais indépendante, elle est installée à Paris et New York, et a levé 22 millions d’euros en 2016 pour sa troisième levée de fonds.
• Incubateur : Aucun (75)
• Récompense : Lauréat Orange NFC Awards 2013

  PÉPITE   Difenso
La sécurité du cloud
La start-up créée en 2015 se pose en tiers certifiant dans le cloud, en chiffrant les données partagées grâce à des clés uniques. Surfant sur l’échec du projet de « cloud souverain », elle pourrait proposer de sécuriser les échanges d’emails ou de documents. Elle a levé 500 000 euros en 2016 pour accélérer sa commercialisation en Europe.
• Incubateur : Aucun (75)

Pradeo
Surveiller le comportement de votre mobile
La technologie de Pradeo permet de détecter tout comportement anormal sur un mobile, notamment à partir des applications. La start-up créée en 2010 a été incubée dans le Business Innovation Center de Montpellier. Elle est aujourd’hui présente à l’international, et compte déjà Samsung, Sanofi ou la Société Générale comme clients. Elle veut s’attaquer désormais au marché de l’IOT.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction : Zephir Award 2015, Prix FIC 2015

KeeeX
La blockchain pour sécuriser les échanges de données
La start-up, membre du Pole SCS, a créé une technologie de partage sécurisé de fichiers, sans serveur ni tiers de confiance, grâce notamment à la blockchain. Cette technologie brevetée s’adresse aux secteurs où la protection des fichiers est essentielle. La start-up créée en 2013 vient de lever 100 000 euros. Elle travaille déjà avec la SATT Sud-Est via un contrat de licence.
• Incubateur : Belle de mai (13)
• Distinction : Finaliste Assises Securité 2015, Lauréat Eurocloud 2015

Sentryo
La vigilance sur les réseaux industriels
La start-up fournit aux industriels une connaissance approfondie de leur réseau informatique, des composants aux communications, et les alerte sur de possibles anomalies. Elle a levé 2 millions d’euros en 2016 et est déjà présente à l’international.
• Incubateur : Aucun (69)
• Distinction : Lauréat BMW TechDate 2016, Concours mondial de l’Innovation 2016

Woleet
La blockchain pour sécuriser les données
Woleet propose d’ancrer dans le registre Bitcoin des preuves d’existence de documents pour faire valoir leur propriété. Fonctionnant en mode SaaS, les applications sont très nombreuses, et peuvent concerner la sécurisation des données de propriété intellectuelle, de cadastres numériques, de diplômes, d’actes juridiques...
• Incubateur : Telecom Bretagne (29)

TrustInSoft
L’analyse mathématique de codes
L’analyse les codes des logiciels de manière mathématique par cette spin-off du CEA permet de valider leur conformité, leur résistance aux attaques et l’absence de default. Cette solution de validation « zero-default », conçue à partir de Frama-C, permet aussi de réduire le coût et la durée de la vérification. Sa solution a déjà convaincu EDF, Airbus, Areva ou Mitsubishi.
• Incubateur : IncubAlliance (91)
• Distinction : Prix du jury FIC 2016

Ledger
La start-up sécurise le bitcoin
Ledger, créée en 2014, stocke les données privées liées à la clé des Bitcoins dans une puce impénétrable, évitant ainsi tout contact avec la mémoire d’un ordinateur. Elle est également membre du projet R&D LaBChain de la Caisse des dépôts. La start-up a levé 1,3 million d’euros en 2015 et cherche à en lever 5 autres pour développer son offre dans le BtoB. Elle est également présente à San Francisco, écosystème de la blockchain.
• Incubateur : Aucun (75)

Cerbair
Chasseur de drones
Cerbair, créée en 2015, protège les sites sensibles des drones malveillants. La technologie de son logiciel Dronewatch associe la reconnaissance d’image optique et l’analyse RF. La start-up a levé 500 000 euros cette année et a noué déjà plusieurs partenariats industriels. Cerbair anticipe une seconde levée de fonds pour 2018.
• Incubateur : Technofounders (92)
• Récompense : Lauréat Concours mondial de l’innovation 2016

Sqreen
La sécurisation temps réel des applications
La start-up diagnostique la sécurité des applications en temps réel et modifie automatiquement leur comportement en cas d’attaque. Cette solution d’autoprotection aide les développeurs à protéger leurs applications, avec un taux de réussite de 95 % selon Sqreen. Créée en 2015 par deux anciens d’Apple, elle vient de boucler une première levée de 2,3 millions de dollars.
• Incubateur : Aucun (92)
• Distinction : Lauréat Concours mondial de l’Innovation 2016, Lauréat Start you up 2016

 

CLEANTECH

 LEADER  Glowee
L’éclairage naturel
La start-up, créée en 2014, veut remplacer l’électricité par la bioluminescence, la lumière émise par des organismes vivants. La technologie développée avec le CEA consiste ici à modifier génétiquement les bactéries responsables de la bioluminescence d’une méduse pour les intégrer dans un gel activable. Elle peut s’appliquer à l’éclairage urbain ou intérieur, mais la start-up travaille encore à allonger la durée de la luminosité de ses solutions. Glowee vient de réaliser sa deuxième levée de fonds, et devrait bientôt équiper plusieurs magasins avec sa technologie. Elle a déjà attiré les groupes comme Plastic Omnium et ERDF.
• Incubateur : Loft 50 Partners (75)
• Distinction : Innovateur de l’année de moins de 35 ans MIT Technology Review 2016 (pour Sandra Rey), Lauréat Génopole 2015

  PÉPITE   Woodoo
Le bois bionique
La technologie de Woodoo consiste à injecter des monomères dans le bois après en avoir retiré la lignite afin d’en modifier les propriétés. Le bois devient ainsi plus résistant, imputrescible, étanche et plus résistant au feu. Ce matériau composite pourrait être utilisé pour la construction de bâtiments.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction : Innovateur français de l’année par la MIT Technology Review pour le fondateur Timothée Boitouzet

Carbios
Le recyclage rapide du plastique
Carbios utilise une enzyme pour rendre les plastiques à usage unique biodégradables. Créée par un ancien du groupe Roquette, la start-up vient de s’associer à Limagrain pour produire des plastiques biosourcés de manière industrielle. Elle va profiter de l’interdiction en 2017 des sacs plastiques non biodégradables.
• Incubateur : Aucun (63)
• Distinction : Prix Europe 1 de l’Environnement 2015

Ipsiis
Isoler avec des déchets
La start-up produit une mousse isolante, incombustible et fabriquée à partir des déchets de matières premières industrielles. Cette mousse est peu chère et écologique. Créée par un ancien ingénieur d’EDF, la startup veut commercialiser sa laine végétale-mousse minérale en 2017.
• Incubateur : Ecopôle de Sénart (77)
• Distinction : Lauréat CleanTech Open France 2015, i-LAB 2014

Adionics
Une technologie de rupture pour dessaler l’eau
Adionics, créée en 2012, utilise une résine liquide non soluble pour capter le sel de l’eau. Mise au point par un ingénieur Ensta ParisTech, cette technologie de deionisation est de deux à dix fois moins consommatrice d’énergie que les technologies actuelles. Et elle permet de trier entre les sels. Adionics a effectué une levées de fonds de 2 millions€, ce qui lui a permis de démarrer une usine pilote aux Emirats (Masdar).
• Incubateur : Incuballiance (91)
• Distinction : Lauréat Concours mondial de l’Innovation 2030

Tallano Technologie
Lutter contre les particules fines des voitures
La start-up s’attaque à la première source de production de particules fines de l’automobile. Tallano mis au point un aspirateur ultrasophistiqué et miniaturisé qui permet de capter les particules fines produites par les freins de voitures. Plusieurs constructeurs étudient actuellement la technologie. La start-up vient de lever 5 millions d’euros.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction : Prix Groupama 2016, Lauréat Cleantech Open France 2015

Novolyze
Des germes modèles pour la sécurité alimentaire
Novolyze permet aux industriels d’améliorer la sécurité de leur production alimentaire. L’introduction de germes non pathogènes sur les chaînes de production permet d’évaluer le traitement de décontamination le plus efficace et le moins cher. Incubée à ses débuts par Premice Bourgogne (21), la start-up a levé 900 000 euros en 2015, et souhaite aujourd’hui accélérer son développement aux Etats-Unis.
• Incubateur : Aucun (21)
• Distinction : 1er prix Genopole 2014

Ynsect
Les insectes pour nourrir l’humanité
La start-up développe une technologie d’élevage automatisé d’insectes, puis d’extraction de composants purifiés comme les protéines ou les huiles pour la nutrition. Elle a réalisé deux levées de fonds en 2014, pour un montant de 7 millions€, ce qui lui a permis de lancer la construction d’une usine de démonstration à Dole. Elle produira de la farine à partir de scarabées nourris de déchets végétaux.
• Incubateur : Genopole (91)
• Distinction : Lauréat Concours mondial de l’Innovation 2030, 1er prix Cleantech Open France 2014

BeeBryte
La batterie intelligente
BeeBryte propose un logiciel de gestion d’une batterie capable, grâce à un algorithme prédictif et du machine learning, d’acheter et de stocker l’électricité en fonction des prix de marché, des données utilisateur et des données météo. La start-up, créée en 2015, est accélérée par l’accélérateur Challenge Up d’Intel, et espère lancer la commercialisation en 2017 ainsi qu’une première levée de fonds. BeeBryte, membre du pôle Tenerrdis, mène également des travaux de R&D à Singapour.
• Incubateur : Aucun (69)
• Distinction: Lauréat GreenTech 2016, Finaliste EDF Pulse 2016

Echy
La fibre lumineuse
La start-up, créé en 2012 par deux étudiants de Polytechnique, a mis au point un système d’éclairage via la fibre optique. Raccordée à des modules équipés de lentilles de Fresnel, la fibre amène la lumière dans les bâtiments et permet d’économiser l’énergie. La start-up, incubée un temps par l’Incubateur Descartes (77), a levé 650 000 euros en début d’année, après 500 000 euros en 2014.
• Incubateur : Aucun (77)
• Distinction : Prix Tremplin Entreprises Senat/ESSEC 2016, Prix EDF Pulse 2014

 

INDUSTRIE 4.0

 LEADER  Chronocam
La rétine en silicium
La start-up, créée en 2014, a développé un capteur d’image neuromorphique reproduisant le fonctionnement de la rétine humaine. Ces capteurs sont plus précis et plus fiables que les capteurs type CMOS, et utilisent moins de bande passante. Si la technologie est déjà commercialisée auprès de la start-up spécialiste de la vision Pixium, elle intéresse désormais les acteurs des véhicules autonomes, ainsi que les acteurs de l’IOT ou de la robotique. La spin-off de l’Institut de la vision a levé 15 millions d’euros cette année pour sa deuxième levée de fonds, ce qui a pu faire entrer Intel Capital à son capital. Cette levée va lui permettre d’accélérer son développement et de s’implanter dans la Silicon Valley. Chronocam est également membre du pôle Minalogic.
• Incubateur : Aucun (75)
• Distinction : Lauréat Inpho’ Venture 2016

  PÉPITE   Eikosim
Eikosim rend la simulation numérique plus réelle
Eikosim développe un algorithme qui utilise les corrélations entre images numériques pour mieux caractériser les essais physiques. La technologie, développée dans un laboratoire CNRS-ENS Cachan, rapproche la simulation de l’essai physique. La start-up créée en 2016 est accompagnée par la SATT Paris-Saclay et HEC Challenge +, ce qui va lui permettre d’industrialiser bientôt sa technologie.
• Incubateur : Aucun
• Distinction : Lauréat i-LAB 2015

  PÉPITE   Motion Recall
L’ultra-réalité virtuelle
La start-up, créée en 2016, a mis au point une caméra permettant une utilisation de la réalité virtuelle interactive, immersive et subjective. Cette caméra d’ultra réalité virtuelle, développée avec le CEA, permet de s’intégrer et de modifier l’environnement de sa vidéo. Pour sa seconde levée de fonds, la start-up, membre du pôle Minalogic, veut lever 5 millions fin 2016. Une première application sera disponible fin 2017 pour les entreprises.
• Incubateur : Le Carré (38)
• Distinction : Lauréat i-LAB 2016

Diota
La réalité virtuelle pour l’industrie
La start-up créée en 2009 a développé une application de RV destinée aux processus industriels de prototypage, de production et de contrôle. Développée avec le CEA List, la technologie de recalage permet de visualiser dans la réalité les données en surimpression issues des systèmes d’information industriels. La start-up, membre du pôle Systematic, a effectué une levée de fonds de 3 millions d’euros en septembre à laquelle Safran Corportate Ventures a participé. Elle compte déjà Dassault Aviation, Safran, Renault ou encore Air Liquide comme clients. 
• Incubateur : Aucun (91)
• Distinction : Lauréat Trophées de la simulation numérique 2016

WiN MS
La surveillance de câbles par drone
WiN MS, créée en 2012, commercialise une technologie de surveillance et de diagnostic des câbles à distance par réflectométrie qui réduit le temps d’intervention. Elle compte Safran, la SNCF ou encore Lufthansa comme clients, et cible aujourd’hui le secteur de l’énergie. Elle a entamé un partenariat avec l’incubateur Total « Usine 4.0 » et commence à s’implanter en Asie et aux Etats-Unis.
• Incubateur : Aucun (91)
• Distinction : Lauréat ERDF Innovation Nord pas Calais 2015

Isorg
Les capteurs imprimés
​La start-up créée en 2010 a mis au point avec le CEA des capteurs optiques et des photo-détecteurs de grande surface organique imprimés qui permettent de transformer le plastique et le verre en surfaces interactives. La technologie a déjà attiré des acteurs de l’imagerie médicale, comme Trixell, et de la logistique. Isorg est également membre du pôle Minalogic. Après une levée de fonds de 7,9 millions d’euros, elle inaugurera en 2017 son site de production industrielle à Limoges.
• Incubateur : Aucun (38)
• Distinction : Lauréat Prix de l’Entreprise d’Avenir EY Rhone-Alpes 2012

3dTrust
La blockchain pour sécuriser l’impression 3D
La start-up protège et sécurise la production de pièces 3D en fournissant un logiciel qui sécurise l’envoi des fichiers d’impression 3D. Basé sur la blockchain, le logiciel empêche que le fichier soit stocké ou serve à de nouvelles impressions. La start-up, partenaire d’Airbus et de Stratasys, vient de lever 1 million d’euros et prévoit une commercialisation en 2017.
• Incubateur : Airbus BizLab (31)
• Distinction : Lauréat Assises de la Sécurité 2016, lauréat Formnext Startup Challenge 2015

Cintoo 3D
La 3D sur tout support
Cintoo 3D permet de streamer les modèles 3D sur n’importe quel support grâce à l’utilisation d’une technologie unique de compression et de streaming placée dans un cloud. La spin-off du CNRS et de l’université Nice Sophia Antipolis créée en 2013 a levé 1,2 million d’euros cette année.
• Incubateur : ESA Bic Sud (31)

Pixmap
La vision 3D pour les robots
La start-up a développé une technologie de cartographie en 3D temps réel. Elle peut ainsi améliorer la perception des robots et des drones notamment, et les rendre plus autonomes. Créée à Sophia Antipolis, la start-up est accompagnée par la SATT Sud-Est. Elle a levé 1,2 million d’euros en 2016.
• Incubateur : Paca-Est (06)
• Distinction : Lauréat I-Lab 2014

BeAm
L’impression 3D métallique
La start-up a mis au point une technologie d’impression 3D métallique par CLAD qui permet de réduire le coût de certaines pièces et d’effectuer des réparations. Beam, qui compte Safran et Fives comme partenaires, s’est récemment implantée à Cincinnati, cœur de GE. L’arrivée d’un ancien de Safran, Emeric d’Arcimoles, devrait accélérer son développement à l’international. En 2016 la start-up a levé 3 millions d’euros.
• Incubateur : Aucun (67)
• Distinction : Prix Start-up de l’année 2016, lauréat 2015 des Trophées de l’Aéronautique.

 

ÉNERGIE

 LEADER  I-TEN
Le micro-stockage
La start-up développe des mini-batteries rechargeables. Son empilement en multicouches de céramique lui permet d’atteindre une forte densité énergétique, et de stocker ainsi dix fois plus d’énergie que ses concurrents. Sa composition en céramique lui permet aussi d’être résistante aux fortes températures. Fondée par un ancien d’Arcelor et de Dassault, Fabien Gaben, la start-up, passée par l’incubateur Créalys (69), vient de lever 10 millions d’euros cette année pour finaliser l’industrialisation de sa technologie, après une première levée de 3,2 millions en 2014. La commercialisation devrait commencer en 2017. Une troisième levée de fonds est déjà envisagée pour prospecter à l’international.
• Incubateur : Aucun (69)
• Distinction : Concours mondial de l’Innovation 2030

  PÉPITE   Sylfen
L’hydrogène pour chauffer le bâtiment
Sylfen créée en 2015 a développé avec le CEA un système unique associant une batterie à un électrolyseur réversible, qui permet de stocker de manière plus souple l’énergie verte excédentaire sous forme d’hydrogène. Sylfen s’adresse d’abord aux bâtiments tertiaires et aux éco-quartiers. La startup sélectionnée par le programme Big Booster lyonnais, prépare actuellement sa premières levée de fonds autour de 3 millions d’euros. Elle vient de vendre son premier système cette année pour un démarrage en 2018.
• Incubateur : InnoEnergy (38)
• Distinction : Concours mondial de l’innovation, Finaliste EDF Pulse Auvergne Rhône-Alpes 2016

Bladetips Energy
L’éolienne volante
La start-up a développé un rotor volant relié à un générateur au sol. La solution réduit les coûts d’installation offshore, et utilise les vents les plus forts et les plus réguliers. La production d’électricité par kilomètre carré de terrain est augmentée de 10 %. La start-up veut construire un premier prototype pour 2017.
• Incubateur :INP Grenoble (38)
• Distinction : Lauréat Concours Énergie Intelligente EDF 2016

Gulplug
Les capteurs d’énergie sans pile
Essaimé par Schneider Electric, Gulplug développe des capteurs d’énergie sans pile ni fil baptisés Save It Yourself, qui permettent de suivre la consommation électrique et de développer de la maintenance prédictive. Avec des économies d’énergie de 8 à 12 %, la start-up compte déjà Schneider et Bonduelle comme clients. Elle développe également des prises magnétiques, notamment avec Fenwick-Linde. Partenaire de Tenerrdis, elle prévoit une levée de fonds de 1,5 million cette année.
• Incubateur : KIC InnoEnergy (38)
• Distinction : Initiative PME 2016, Lauréat 5i – Jean-Michel Lamure 2015

Stolect
Le stockage massif d’énergie
Stolect développe une technologie de stockage de grande capacité grâce à des matériaux réfractaires. Une fois portés à haute température, ils produisent de l’électricité par conversion thermique. Le start-up développe actuellement un démonstrateur complet de sa solution dans le cadre d’un projet soutenu par l’Ademe. Elle anticipe une levée de fonds de 2 à 3 millions € prochainement.
• Incubateur : Keynergie (92)
• Distinction : Prix des innovateurs ArcelorMittal 2016, Lauréat Concours mondial de l’Innovation 2030

Energiestro
Stocker les watts avec du béton
La start-up a développé une solution de stockage de l’énergie solaire par volant inertiel en béton baptisée Voss. En plus de pouvoir recevoir un grand nombre de cycles, ces volants s’avèrent dix fois moins chèrs qu’avec de l’acier ou du carbone. La start-up créée en 2001 a levé discrètement des fonds plusieurs fois, et prépare après une PoC l’industrialisation de Voss.
• Incubateur : Aucun (28)
• Distinction : Prix EDF Pulse 2015, Lauréat Concours mondial de l’innovation 2030

EnerBee
L’énergie des vibrations
EnerBee développe un micro-générateur associé à une unité de stockage qui se recharge avec n’importe quel mouvement, même minime. Ils peuvent remplacer les piles et les batteries, et faire économiser les coûts de maintenance des installations. EnerBee a été accompagnée par la SATT Linksium. Elle a levé 2,5 millions en 2015, et prépare la commercialisation de son produit pour 2017.
• Incubateur : Minatec
• Entreprises (38)

• Distinction : Lauréat Concours mondial de l’Innovation 2030, Prix Orange-Objets connectés 2014

Deepki
Le scanner de bâtiments
Deepki propose une plateforme SaaS d’analyse de données qui permet d’améliorer l’efficacité énergétique des parcs immobiliers à partir de données existantes (factures, données patrimoines, données d’activité…). La start-up compte déjà des clients comme Orange ou Engie. Elle vient de lever 2 millions d’euros.
• Incubateur : Paris&Co (75)
• Distinction : Innovateur de l’année de moins de 35 ans MIT Technology Review 2015 (pour Vincent Bryant), Prix Cleantech Republic 2015

Whylot
Le moteur innovant
La start-up créée en 2011 développe un moteur électrique de petite taille grâce à une technologie magnétique sans bobinage de fil. Ce moteur électrique synchrone a un rendement énergétique de 98 %, contre 70 à
80 % pour les moteurs classiques. La start-up a commencé l’industrialisation en 2015.
• Incubateur : Aucun (46)
• Distinction : Concours mondial de l’innovation 2030, Mechatronics Awards 2013

NAWA Technologies
Une batterie aux nanomatériaux
La start-up issue du CEA a développé une batterie à recharge ultrarapide et longue durée grâce à des électrodes en nanotubes de carbone, permettant une circulation du courant extrêmement rapide. La start-up, passée par l’incubateur Incuballiance (91), a levé 2,4 millions d’euros en 2014.
• Incubateur : Aucun (13)
• Distinction : Prix de l’innovation européenne EARTO 2015, Concours mondial de l’Innovation 2030

 

INFORMATIQUE

 LEADER  Krono-Safe
L’OS du traitement parallèle et sécurisé
Spin-off du CEA créée en 2011, la start-up est désormais la référence des OS pour les applications temps réel critique. Son logiciel AsteriOS garantit la sûreté et le déterminisme des applications à forte exigence, tout en assurant les performances grâce au traitement parallèle, en particulier sur des plateformes multi-cœurs. Après une première levée de fonds en 2013, la start-up en a effectué une seconde, fin 2015, de 3,9 millions € pour s’étendre à l’international. Elle collabore depuis cette année avec l’IRT SystemX sur l’ingénierie numérique des systèmes du futur, et a commencé à attirer plusieurs grands industriels. Krono-Safe compte ainsi Safran Corporate Ventures et CEA Investissement à son capital, et a commencé à commercialiser ses logiciels auprès d’Alstom, Schneider Electric ou Renault. Récemment, Krono-Safe a développé un OS pour gérer les données des véhicules connectés.
• Incubateur : Incuballiance (91)
• Distinction : Lauréat Trophées de l’Embarqué 2015, Lauréat UbiMobility 2015

  PÉPITE   Antaïos
Les mémoires performantes et frugales
Créée ce mois ci, Antaïos s’appuie sur des travaux du CNRS pour développer une technologie de mémoires non volatiles ultra-rapides. Ces mémoires permettront la fusion de la logique et de la mémoire dans des processeurs hautes performances utilisées dans les applications mobiles et le calcul intensif.
• Incubateur : Aucun (38)
• Distinction : Grand Prix i-LAB 2016

Adok
Le projecteur qui rend les surfaces tactiles
Installé dans l’incubateur de ParisTech et accéléré par Polytechnique, Adok a créé un projecteur portable qui transforme n’importe quelle surface en écran tactile et connecté particulièrement bien adapté au travail collaboratif. La start-up mène actuellement une PoC avec plusieurs industriels comme Capgemini et Dassault Systèmes. Elle a également commencé en septembre un programme d’accélération dans The Refiners à San Francisco. Adok va mener une levée de fonds en fin d’année et espère commercialiser

Florent Detroy

Mentions légales - Réalisation : 3W Media